Avec un projet axé sur le patrimoine, la promotion touristique philippine va au-delà du plaisir au soleil

Categorie: Asie 0

En 2019, l’histoire des Philippines retiendra davantage l’attention lorsque le Tourist Advertising Board (TPB) mettra sur pied une série d’activités axées sur le patrimoine, s’éloignant ainsi du soleil, du sable et de la mer. Un projet de deux ans intitulé Philippines500, « Event of Quincentennial Circumnavigation of the World », est à l’honneur. Il s’étendra jusqu’en 2021, année qui accompagnera le 500e anniversaire de la découverte des Philippines par Ferdinand Magellan.

Attirer les hispanophones du monde entier

Le programme de travail de la TPB pour 2019 ciblera les « principaux marchés mondiaux » ainsi que les Philippins résidant à l’étranger. L’objectif est de « mieux faire connaître les Philippines et d’attirer d’autres hispanophones pour se rendre le seul pays hispanophone d’Asie du Sud-est ». La TPB présentera également le 75e anniversaire du débarquement de Douglas Mac Arthur à Leyte, qui a vu les forces alliées remporter le plus grand combat naval de l’histoire, mettant fin à la présence japonaise aux Philippines pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce coup de pouce marketing donné à l’histoire coloniale des Philippines a été bien perçu par l’industrie du tourisme du pays. Le président de Rajah Travel, Aileen Clemente, a déclaré que les tournants historiques sont un énorme atout pour attirer les voyageurs, et a recommandé de « capitaliser sur les évènements importants de l’histoire des Philippines et d’aller sur les routes pour promouvoir la destination ».

La Seconde Guerre Mondiale, une manne intéressante pour le tourisme

Rajah Travel fait partie d’une poignée d’entreprises qui fournissent des prestations centrées sur les évènements de la Seconde Guerre mondiale. C’est un hommage à Valor : Le voyage Tales of Guts de la Seconde Guerre mondiale, qui a débuté en 2015, souligne la valeur historique de Palawan et sa fonction pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette année, les îles Calamiennes (dont la baie de Coron abrite 11 épaves japonaises), l’ancien nid de lépreux de Culion et le sanctuaire faunique avec des animaux africains, Calauit, constituent les nouveautés de l’offre. Simon Ang, directeur des opérations de TLC, explique : « Nous devons faire comprendre aux individus que nous sommes plus que des plages, du soleil et de la mer. » Il a ajouté que Binondo (le Chinatown de Manille), le plus ancien et le plus important au monde, est un autre lieu historique qui pourrait être mieux exploité.

Etiquette:

Articles similaires